Rechercher

SNSM : une grande cause nationale, une action locale

Mise en ligne le :
27/06/2017

L’Association des Sauveteurs en Mer, la SNSM, a 50 ans cette année. Née de la fusion, en 1967, de plusieurs associations de sauveteurs en mer, la SNSM est reconnue d’utilité publique et Grande Cause Nationale 2017.

Secourir, gratuitement et bénévolement, toute personne en danger, en mer et sur les côtes. Telle est la principale mission des sauveteurs de la SNSM. En parallèle, ils forment également les Nageurs Sauveteurs qui assurent la sécurité des plages l’été et ils mènent des missions de prévention, de sensibilisation et de sécurité civile. En Vendée, la SNSM est bien implantée avec un centre de formation à Olonne-sur-Mer et six stations permanentes de sauveteurs en mer. Elles sont toutes sous l’égide de l’association nationale et leur histoire remonte bien au-delà de 1967.

150 ans d’histoire

150 ans pour les stations des Sablesd’Olonne et de l’île d’Yeu. L’anniversaire a été célébré, fin mai, sur l’île d’Yeu. L’occasion de commémorer deux drames ayant impliqué les sauveteurs de l’île : le naufrage de l’Ymer, navire norvégien, le 26 janvier 1917, et du cargo Sequana, le 8 juin 1917, tous deux torpillés par un sous-marin allemand. Ces tragédies centenaires marquent encore les esprits des islais. D’autres plus récentes laissent des plaies béantes. Pierre Damour, patron du canot des Sables « Canotier Jacques Joly » se souviendra toute sa vie de ce 5 février 2002. Aux commandes du « Patron Jack Morisseau », Pierre Damour part en mission de sauvetage. Un surfeur est en difficulté au large de la plage du Remblai. Parmi les équipiers bénévoles, le canotier Jacques Joly. « Je l’ai vu passer par-dessus bord » témoigne Pierre
Damour. Jacques Joly décédera d’une hydrocution foudroyante. Un drame qui reste gravé dans l’histoire de la station sablaise. D’autres secours sont plus heureux et permettent aux sauveteurs bénévoles de rester insubmersibles et autoredressables comme le sont les canots de la SNSM.

De nouveaux moyens pour se former et agir

Inauguré en mai, le nouveau centre de formation SNSM de Vendée est opérationnel depuis la mi-décembre 2016, zone Actilonne, à Olonne-sur-Mer. Soutenu par le Département, ce centre de 850 m2 permet à ses 126 bénévoles de mener à bien leur engagement. Le matériel nécessaire aux interventions et à la formation y est également stocké. 24 formateurs assurent chaque année la formation d’une vingtaine de Nageurs Sauveteurs. Au total 400 heures pour apprendre à sauver des vies.

Sauver des vies, les sauveteurs en mer des Sables-d’Olonne s’y emploient depuis 150 ans. Et le poids de ces années ne semble pas peser sur la station sablaise. Son local de 150 m2, quai Alain Gerbault, est flambant neuf. Son canot SNS002 « Canotier Jacques Joly » amarré Port Olona, également. Depuis sa mise en service, le canot est déjà intervenu huit fois en six mois. Plus fonctionnel et plus rapide, ce canot tout temps, insubmersible et auto-redressable peut accueillir jusqu’à 54 naufragés avec un équipage de 8 à 10 bénévoles.

INTERVIEW - Amiral Henri LE CHAT, Délégué départemental SNSM

Quel est votre rôle ?
Je suis le trait d’union entre les six stations de sauvetage en mer de la Vendée et l’association nationale basée à Paris. Je fais remonter les problématiques locales et je mets en pratique, avec les stations locales, la stratégie de la SNSM.

Quelle stratégie ?
Elle comporte trois volets : la pérennisation des financements, la formation, et la recherche des bénévoles.

Vous manquez de bénévoles ?
Une partie des bénévoles sont des retraités. Il faut donc continuellement penser à demain et recruter de nouveaux bénévoles.

Et la formation ?
Les sauveteurs en mer sont des bénévoles qui doivent se comporter comme des professionnels. Ils ont entre leurs mains des vies humaines ! Autre constat, nos bénévoles viennent de plus en plus de la plaisance et de moins en moins de la pêche. Une formation maritime est nécessaire en plus de secourisme.

Quelles sont vos ressources pour assumer vos missions ?
80 % de nos ressources sont des dons. Nous avons aussi quelques legs, nous passons des conventions avec des entreprises et nous organisons des événements. Pour les investissements comme le renouvellement d’un canot, nous bénéficions de subventions des collectivités locales, comme le Département. Mais pour les charges d’exploitation, les stations doivent les assumer seules.

Comment faire un don ?
En ligne, sur le site Internet de la SNSM, vous pouvez cibler votre don. Vous pouvez également l’adresser directement à votre station locale.

TÉMOIGNAGES

"Il y a 47 ans, J’ai embarqué sur le canot de la SNSM par hasard et c’est devenu l’engagement d’une vie. Le plus important, c’est l’esprit d’équipe."
Pierre Damour, Patron du canot des Sables-d’Olonne

"Notre mission est de sauver des vies. Et nous le faisons gratuitement. Ce n’est pas une prestation de service. Il ne faut pas oublier que nous sommes bénévoles !"
Joël Congal, Président de la station des Sables-d’Olonne

"Je forme les futurs formateurs, et j’aime ça, transmettre à des jeunes motivés qui veulent prendre des responsabilités. Nous vivons des drames mais aussi de belles histoires."
Bruno Wojciechowski, Directeur du Centre de formation SNSM de Vendée